Halakha 

Lois du Kaddich

LE  LAIT ET LA VIANDE

DEFENSE DE MELANGER VIANDE ET LAIT

1. La défense de cuire de la viande avec du lait est mentionnée à trois reprises dans la Torah. Nos Sages du Talmud insistent beaucoup sur les détails de cette défense et les précautions obligatoires à prendre pour éviter la violation de ces lois.
a) Il est interdit de cuire, frire ou griller de la viande avec des produits lactés.
b) II est interdit de consommer ensemble de la viande et des produits lactés.
c) Il est interdit de tirer profit d'un mélange de viande avec des produits lactés.
2. La défense s'applique non seulement à la viande de bétail mais aussi à la viande de volaille.
Intervalles entre repas de viande et de lait
1. Après avoir consommé la viande, ou même du bouillon de viande, du jus ou de la graisse de viande, on doit attendre six heures avant de consommer du lait ou des laitages.
2. Après avoir consommé du lait ou des laitages, on peut consommer immédiatement de la viande ou un mets à base de viande, en ayant soin de bien se rincer la bouche et les dents avant.
3. Un malade, même sans gravité, peut se contenter d'attendre un intervalle d'une heure entre la viande et le lait.
4. Après avoir consommé un mets qui ne contient pas de viande mais qui a été cuit dans un ustensile de viande, on peut prendre immédiatement des laitages.
Séparation à table
1. Si on prend un repas de viande immédiatement après un repas de lait, on doit au préalable débarrasser les ustensiles et la nappe ayant servi pour le lait et utiliser la nappe et les ustensiles réservés à la consommation de la viande.
En outre, on a l'habitude de séparer en deux les repas en récitant Birkat Hamazone après le premier, et changeant le couvert pour le deuxième.
2. Deux personnes ne doivent pas s'asseoir à une même table si l'une prend des mets à la viande et l'autre du laitage, à moins qu'elles n'utilisent des nappes différentes ou qu'elles ne placent une séparation entre elles. Il est nécessaire également que chacune dispose de pain et de sel à part et de son propre verre.
Mélange par erreur ou par accident
1. Si , par erreur, on a cuit des laitages dans un ustensi le destiné à la viande ou viceversa, le mets est interdit et on ne doit plus utiliser l'ustensile de nouveau avant de le cachériser par le procédé de la Hagala ou Liboun selon le cas et suivant les indications d'un rabbin expert.
2. Si par erreur ou par accident, un mets de viande et du laitage se sont mélangés dans un même récipient froid, sans avoir été cuits ensemble (par exemple si du lait froid s'est renversé sur un mets chaud de viande, ou si de la viande chaude est tombée sur du lait froid, ou du lait chaud sur un mets froid de viande, ou bien le cas plus délicat du mélange de viande et laitage tous les deux chauds) - dans tous ces cas, on consultera un rabbin compétent qui indiquera quelle est la loi au sujet du mets et du récipient.
3. Si on a introduit par erreur une cuillère de lait dans une soupe chaude de viande, ou vice versa, si la cuillère avait été utilisée moins de 24 heures auparavant, la soupe ne sera permise que si son volume est plus de 60 fois supérieur à celui de la partie de cuillère qui y a plongé. Autrement, la soupe est interdite et la cuillère doit être cachérisèe (par la Hag-ala).
Si, aussi bien la cuillère que la soupe étaient froides, il n'y a pas de problème. On rince la cuillère et tout est permis.
4. Si par mégarde, on a lavé ensemble des ustensiles de lait et de viande dans de l'eau chaude, il faudrait consulter un rabbin compétent qui indiquera si les ustensiles deviennent interdits à l'usage, selon le cas. Si on les a lavés à l'eau froide, il suffit de les rincer de nouveau, chaque catégorie à part, et on permet leur utilisation.
5. II est permis de cuire du poisson soit dans des ustensiles destinés à la viande soit dans des ustensiles destinés au lait, et même en le mélangeant à des laitages. Ce qui est interdit, c'est de cuire du poisson avec de la viande ou de manger du poisson et de la viande ensemble même cuits séparément, étant donné que la consommation d'un tel mélange est préjudiciable à la santé, et nos Sages sont plus rigoureux en cas de danger que pour les défenses purement religieuses.
6. Les lois de mélanges de lait et viande et d'aliments permis avec des aliments interdits, sont très complexes et sont exposées dans leurs nombreux détails dans la section Yoré Déa du Choul'hane
Aroukh. A chaque fois qu'un problème se pose à ce sujet, on devra consulter un rabbin compétent.
Précisions sur certains cas de mélange
I - Dans un ustensile destiné au lait, bien nettoyé, on a cuit par mégarde un mets de viande dans l'intervalle de moins de 24 heures depuis qu'on y a cuit le laitage, ou vice-versa.
Réponse: Le mets est interdit et l'ustensile ne peut plus être utilisé avant d'être cachérisé par le procédé de Hag-ala, s'il est en métal. Si un intervalle de 24 heures ou plus s'est écoulé après que le laitage ait été cuit dans l'ustensile et que celui-ci était parfaitement propre lorsqu'on l'a utilisé par mégarde pour y cuire le mets de viande, ce mets est permis. Pour pouvoir continuer à utiliser l'ustensile il est nécessaire de le cachériser au préalable par la Hag-ala. (il convient dans de tels cas de consulter une autorité rabbinique qui indiquera quelle est la loi concernant le mets et l'ustensile). Pourquoi cette différence? le laitage absorbé par les parois de l'ustensile transmet une bonne saveur au mets de viande qui y a été cuit par la suite (et vice-versa) si un intervalle de 24 heures ne s'est pas écoulé depuis que le dernier produit laitier y a été cuit. Après 24 heures, les parois de l'ustensile ne transmettent plus une bonne saveur (Notène Taam Lifgam) et comme l'utilisation de l'ustensile était involontaire, on n'interdit pas un mets de viande qui n'a reçu qu'une mauvaise saveur de laitage (et vice-versa).
II. - Un morceau de viande froid est tombé dans du lait chaud (ou vice-versa, un morceau de fromage froid est tombé dans une bouillie à base de viande).
Réponse: Dans ce cas tout est interdit, car nous appliquons le principe de Tataa Gabar, ce qui signifie que c'est la partie du mélange, (ici le lait) située inférieurement et qui reçoit le morceau venu d'en haut, qui "l'emporte" et qui communique son goût au morceau; or comme le lait est chaud, le morceau de viande en absorbe la substance et c'est comme si le tout avait été cuit ensemble. Même si on retire le morceau, le lait est interdit, à moins que son volume soit plus que 60 fois supérieur à celui du volume du morceau de viande. Dans ce cas On peut se servir du lait une fois qu'on retire le morceau de viande. En effet, nous avons comme principe que lorsqu'un mélange de deux substances, l'une permise et l'autre interdite, a eu lieu involontairement, le mélange est permis si la proportion de la partie interdite est inférieure au 1 /60 de la partie permise.
III - Cas contraire, un morceau de viande chaud est tombé dans du lait froid.
Réponse: d'après le principe de Tataa Gabar, le mélange n'est pas interdit, car comme le lait est froid, il ne peut pas communiquer son goût au morceau supérieur, et le morceau non plus, même chaud, ne peut pas communiquer son goût au lait. Malgré tout, le lait a communiqué son goût au morceau de viande, superficiellement, et on doit éliminer toute la superficie de la viande qui a été en contact avec le lait.
Comme les lois sur les mélanges sont très complexes, on doit dans chaque cas consulter une autorité rabbinique qui précisera la Halakha.
Vaisselle distincte
Afin d'éviter de mélanger le lait et la viande, on doit effectuer les arrangements suivants à la cuisine :
1. On doit disposer de deux vaisselles, l'une pour la viande et l'autre pour les laitages (de même que couverts et batterie de cuisine pour viande et laitage respectivement).
2. Chaque vaisselle doit avoir son coin à part, séparée de l'autre.
3. Si les deux vaisselles sont identiques, il faudra marquer l'une d'elles d'un signe distinctif pour éviter la confusion. Dans un tel cas, on a l'habitude de marquer la vaisselle destinée au lait.
4. On ne doit pas laver les deux vaisselles dans le même évier. Dans le cas où on ne dispose que d'un seul évier l'usage est d'utiliser deux bassins, un pour chaque vaisselle, ainsi que des grilles différentes au fond de l'évier.
5. On doit utiliser des torchons différents pour chaque vaisselle.
6. On doit réserver un couteau spécial pour le pain et ne pas couper le pain avec un couteau de viande ou de fromage.
7. Certaines personnes méticuleuses possèdent une troisième vaisselle Parvé qu'ils utilisent pour des mets neutres, qui ne contiennent ni viande ni laitage.
8. Des récipients en verre, lisses et facilement lavables, peuvent être utilisés à froid aussi bien pour des mets de viande que des laitages.

COURS RAV DAVID PITOUN BIRKOT HACHAHAR + VAYHI



Site web créé avec Lauyan TOWebCliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : jeudi 31 août 2017